• Fanny Georges

L’hédonisme intime de la spécularité

2004 / Esthétique, Arts, Design - Information et Communication / Article

Cet article a a été publié dans la revue MEI, sous la direction de Pascal Froissart, numéro 20, sur le thème Sexe et communication.

Résumé

Communiquer par internet nécessite de créer une représentation de soi qui identifie l’utilisateur au sein de la communauté. L’acte de se représenter distancie le sujet de cet autre lui-même. Rêverie numériquement interfacée, l’expérience de l’ipséité par la communication à distance est une dramatisation identitaire dont le sujet est à la fois auteur, metteur en scène et acteur d’un soi étranger qu’il se réapproprie. De l’immersion au retour, ce voyage ramène le sujet à une réunification de soi dans l’observation médiate du réel. L’analyse de la fiction identitaire de Ginger Bombyx permet de mieux comprendre le plaisir issu de l’expérience médiate du monde substantiel : un appareil photographique, une interface de communication permettent de voir le monde autrement. Cet article est une réflexion sur les enjeux de la représentation de soi dans cet autrement.

Article

Un profond changement de la perception du monde réel est dû à l’immersion des nouvelles technologies dans la vie quotidienne. Médium de communication et médium de représentation du monde, internet propose une nouvelle forme de rapport à soi-même par le jeu de l’identification spéculaire.

Pour communiquer sur internet, que ce soit par courrier électronique, dialogue en temps réel, dans les espaces communautaires en 3D ou les jeux massivement multijoueurs, l’utilisateur s’identifie pour ouvrir une session. L’information-clé est le pseudo ou identifiant dont le mot de passe fait office de certificat de propriété. A l’intérieur de la session, une feuille de profil permet d’ajouter image (photographie, dessin, pictogramme, personnage), texte (centres d’intérêt, livre d’or, journal intime, dialogue), son, vidéo... pour compléter l’identité. L’identification est le procès par lequel l’utilisateur devient membre de la communauté, tandis que l’identité consiste en la manière dont le sujet se singularise par ses manifestations comme individu. Les signes de l’individualité peuvent être mémorisés (feuille de profil, pseudo), ou perceptibles synchroniquement par les protagonistes (déplacement d’un avatar, textes de dialogue). Le logiciel mémorise donc une architecture permanente de l’utilisateur dont les manifestations sont des signes phatiques . En l’absence de ces signes, l’utilisateur n’est pas présent à la communauté. Nous utiliserons dans cet article, pour désigner la conscience de soi telle qu’elle se manifeste à travers la représentation numérique, identité-ipse .

Le site personnel est une représentation identitaire indépendante des fonctionnalités proposées par les logiciels de mise en relation. Les informations qu’il délivre sont donc à la fois plus libres et plus nombreuses. Les sites personnels de Ginger Bombyx ont mis en scène jour après jour sa vie quotidienne dont une partie s’est déroulée sur le web. Ils vont nous permettre de questionner cette intrication du réel au virtuel dans l’expérience de la pensée, et la posture du sujet qui, du morcellement spéculaire à son immersion en soi-même comme un autre, se réunifie à travers l’expérience esthétique et poiétique que fait l’ipséité du monde substantiel.

Représentation de soi et ipséité

La représentation en ligne de Ginger Bombyx s’est développée de 2001 à 2003 via sa page d’identification dans une dizaine de sites communautaires. Sur ses feuilles de profil figurait l’adresse de l’un de ses deux sites personnels, le journal intime de Ginger Bombyx et le journal intime de ma perception . Ils forment l’architecture permanente de son identité, et sont disponibles, bien que leur émetteur ne les actualise plus.

Synchronie des procès de production et de réception

Un personnage avec lequel le spectateur ne peut interagir est comparable à un corps immobile et silencieux. Bien que les données qui le constituent restent mémorisées sur le serveur d’hébergement et consultables sans nécessiter la présence simultanée de son émetteur, son existence est en étroite dépendance de leur mise à jour.

Ginger Bombyx n’a existé que deux ans, pendant lesquels son créateur l’a animée. Depuis, soit ses comptes utilisateur ont été désactivés, soit leur indexation a cessé dans les moteurs de recherche des sites communautaires.

L’identité sociale sur internet est un noyau fixe à la périphérie duquel gravitent les éléments phatiques qui l’actualisent . Les données que doit délivrer l’utilisateur varient en fonction des objectifs de mise en relation proposés par l’outil logiciel ; cet outil propose à tous ses utilisateurs les mêmes fonctionnalités investies de manière à individualiser le sujet. L’ensemble des représentations ainsi constituées par chaque membre forme une communauté dont les relations intersubjectives sont déterminées par les fonctionnalités logicielles.

Le sujet, être de chair et de pensée, est le support d’une interface logicielle par laquelle il a accès à une réalité numérique, tout aussi concrète et soumise aux mêmes lois de temps que la réalité du corps, mais dont l’espace n’est plus un et régi par la distance, mais multiple et centralisé par des logiciels de mise en relation, dont les entités vivantes ne sont plus des corps mais des réseaux d’information pilotés à distance par chaque utilisateur. C’est à l’intérieur de chacun de ces réseaux que s’inscrit la diégèse communicationnelle ou ludique. Ses acteurs y contribuent par leurs échanges, aussi existence rime avec immersion.

Les thèses lockiennes rattachent l’identité personnelle à la permanence de la conscience . De la permanence d’informations identitaires dans un profil utilisateur à l’identification empathique à cette représentation, il n’y a qu’un pas, d’autant plus que certains usagers créent plusieurs avatars avec des profils différents. Le personnage de jeu vidéo qui devient l’objet d’identification n’a pas de référent mais une fonction référentielle : sa pratique dépend d’un double paramètre d’un jeu de croyances qu’appelle le récit fictif et participation de soi . La représentation de l’utilisateur de services de communication a pour référent l’utilisateur, mais plus précisément c’est le rôle qu’elle suggère qui est le référent . Le récit fictif est énoncé par la représentation, l’utilisateur en est l’auteur. Ainsi l’existence numérique se confond avec son procès de production. Le procès de réception se déroule au rythme de l’actualisation de l’objet. Production et réception sont des procès synchroniques. Chaque utilisateur produit et reçoit des signes dont l’assemblage final constitue la fiction identitaire et diégétique.

La double spécularité

L’utilisateur met en scène une partie de soi comme un personnage de roman existentialiste que l’on ne pourrait comprendre que par ses manifestations, et non plus par sa pensée. Sa représentation sur l’interface est juxtaposée à celle des autres et non plus à l’intérieur de soi qui est au milieu des autres. Tous les participants sont spectateurs de leur propre mise en scène que l’intersubjectivité unifie. Ils sont attachés à leur représentation, mais peuvent s’identifier à chacun des personnages. Jean-Louis Vuillerme définit ce procès inhérent au système de représentation intersubjectif par le terme de spécularité, : « La spécularité consiste à se représenter la manière dont les autres se représentent les choses et nous-mêmes . » C’est par la confrontation de ces diverses lectures intermédiaires que le sujet s’envisage comme un autre.

Appliqué à la représentation de soi, ce procès se divise en deux formes de spécularité. Une spécularité primaire ou exo spécularité qui consiste à voir sa propre représentation à travers les yeux des autres ce qui produit le sentiment de soi-même comme un autre, et une spécularité secondaire ou endospécularité qui consiste à se réidentifier à cet autre soi-même, et de faire expérience du monde substantiel. Ces deux procès où production et réception fusionnent renvoient au motif du miroir de Dionysos.

Dans le procès primaire, le sujet est à la fois émetteur et récepteur de sa propre représentation. Il se contemple non là où il est et d’où il regarde, mais dans une fausse apparence de lui-même localisée là où il n’est pas en réalité. Il se désapproprie par objectivation de soi. En droite ligne des analyse d’Erving Goffman, l’utilisateur revêt le rôle qui est attendu de lui, c’est à dire la fonction qu’il perçoit comme étant celle de l’acteur en semblable position, avec ses manies, ses automatismes . Soi-même devient un autre. Il se fragmente.

Dans le procès secondaire, il perçoit, à travers son corps médiat devenu altérité, l’extérieur. Il s’immerge en la représentation de soi perçue comme fiction d’une altérité, et se détourne de lui-même pour percevoir son interlocuteur, son spectateur silencieux, mais aussi, hors de l’interface numérique, l’autre, celui qui ne le voit pas, ainsi que la matière, autrement dit le monde. La perception de cette extériorité globale réunifie soi à soi-même.

Exo spécularité I : le morcellement de la forteresse

Lors d’une session de webcam de deux semaines sur le site du portail spécialisé Spotlife, intitulée Je ne suis pas immédiate, Ginger Bombyx est confrontée aux invitations e-mails des internautes. Insultes, violences visuelles, incitations sexuelles, la foule défile, les visiteurs hèlent certains visages aussitôt disparus, en montrant parfois des scènes masturbatoires.

Dans ce procès, Ginger se voit elle-même dédoublée par la webcam, et perçoit simultanément les réactions d’une multitude d’internautes venus chercher sur le portail dédié de la pornographie à bon compte, qui la hachent menu , comme les Titans avaient « haché menu » Dionysos enfant après l’avoir diverti dans un miroir.

Exo spécularité II : la transcendance du morcellement

La confrontation au harcèlement quotidien du visiteur paradigmatique de Spotlife devient un défi à la clé duquel elle trouve son devenir femme. Dans Comment je suis devenue une femme, elle tient tête aux Titans en consolidant son morcellement : « J’aime montrer que je suis quelqu’un d’humain en mangeant un sandwich », « vaquer à mes occupations tandis que je reçois vingt mails toutes les dix minutes me priant de bien vouloir faire tomber la serviette ou soulever mon tee-shirt (...). » Elle trouve le chemin de son individualité par l’affrontement d’un schème interprétatif négatif, et accentue sa segmentation en se séparant nettement de l’univers diégétique du portail de webcams par une posture d’indifférence.

Transcendant son morcellement, elle le transforme en une discipline de construction de sa forteresse intérieure, séparant nettement la part de soi qui peut être atteinte (la représentation) de la part de soi solide. L’ouverture à la meurtrissure sépare l’identité de la représentation en creux. Elle crée alors son propre scénario cathartique de cette forteresse faussement ouverte à l’ennemi. Ce dolorisme médiat ne l’incite non pas à séparer le corps de l’esprit, mais la diégèse dans laquelle est enrôlée sa représentation de son être pensant, incorporel.

Endo spécularité I : l’unité de soi par le morcellement de l’autre

Après avoir été démultipliée, Ginger s’unifie en fusionnant avec sa représentation dans l’acte de faire communiquer diégèse virtuelle et réalité. Dans Ephéméride , elle fait le récit de sa rencontre physique d’un internaute qu’elle fréquentait virtuellement depuis deux ans. Elle confie ce « vertige de l’étrangeté » qu’elle éprouve lorsqu’elle le voit prendre corps à l’aéroport, et sa certitude que ce corps n’était pas lui.

Elle fait l’expérience de la séparation des deux univers. La représentation de muse n’est pas son corps, et la contexture qu’elle prêtait à sa représentation ne coïncide pas avec la contexture qu’elle prête à sa présentation. Face à ce dédoublement enfin visible de l’autre, elle s’unifie en le morcelant.

Endospécularité II : la transcendance photographique

Dans les intervalles où la présentation de Muse, toujours silencieux, est incorporée au réel, elle le photographie dans l’espoir de saisir l’esprit qu’elle avait perçu tout enclos. Elle y parvient, et lui dédie un assemblage intitulé Son corps muséal est à moi. « Entre tentation et désoeuvrement, son corps est un acte auquel je me livre. Je le crée. Il est à moi. » Le corps muséal est celui de l’objet même du désir. Inspiré par les muses, il porte la marque de l’empreinte du désir sacré, sacré et intouchable comme une œuvre de musée. Cette représentation sublimée et incorporelle, à la différence du corps biologique qui le supporte, est à elle. La photographie lui permet de saisir ce que l’interface de communication lui avait déjà délivré. Sa re-création par la photographie rend acte ce qui était puissance. Elle se fait passage à l’acte du désir. Le corps de muse est comme sa pensée. Elle parvient à en saisir l’essence, l’Un, par un médium, photographique ou numérique. Cette transcendance du morcellement de l’autre le réunifie par conscience d’en être le créateur. La frontière entre soi et l’altérité est franchie par la prise de conscience du monde comme subjectivité en puissance, et création poiétique en acte.

L’expérience esthétique et poiétique de l’ipséité : l’hédonisme médiat

Le plaisir éprouvé par le sujet morcelé est distinct du plaisir qui est éprouvé par le sujet réunifié en son objet. Se voir à travers les yeux de cet autre entretenant des rapports d’intimité si ténus est une sorte de mise à mort de soi et d’immortalisation . La dépossession de soi devient source de plaisir sitôt que les corps se superposent, que je et cet autre soi-même fusionnent en un pacte esthétique et poiétique du monde substantiel.

Le pacte esthétique fait correspondre ses sensations au corps de sa représentation réunifiée, et le pacte poiétique en est la mise en forme médiate, par la photographie ou l’écriture. Ce procès qui fait fusionner le sujet à son ipséité, avec la toute conscience d’être soi un et attaché à la réalité et à l’instant présent est comparable à ce que Bachelard analyse dans la poétique de la rêverie. Le joueur d’un jeu de survival horror ressent de la terreur par identification spéculaire au personnage. Ses souffrances deviennent siennes, et c’est ce pacte esthétique spéculaire qui conditionne sa participation active au scénario. En cela, le sujet qui se représente est proche du rêveur : à la fois conscient d’agir par sa représentation et confondu en elle, il est « double conscience de son bien-être et du monde heureux ».

La diégèse communicationnelle est une rêverie qui se déroule non pas seulement dans la pensée, mais dans la pensée en contexture avec l’univers des représentations, en tant qu’elle est synchroniquement production et réception d’elle-même. Le plaisir s’épanche en la rêverie d’être un autre, et en le sentiment puissant de liberté existentielle que conditionne son laisser-aller. Les images s’ouvrent à soi, toujours heureuse parce que le sujet les interprète selon son désir. La sensation relève donc du je dont les manifestations de l’ipséité trouvent un écho sensible en soi.

Ginger Bombyx se détourne de l’expérience de soi vers l’expérience du monde substanciel par l’expérience de l’ipséité. Elle s’astreint de se rendre tous les jours au Père Lachaise, et entreprend un long travail d’inventaire de toutes les figures que crée son esprit dans l’écorce des arbres, les formes de la terre à l’aide d’un appareil photographique muni d’un objectif macro. Elle dégage de ces images inaccessibles à l’œil nu les fragments d’une mythologie qu’elle semble redécouvrir.

L’hédonisme médiat est la recherche du plaisir de la pensée par l’entremise d’une interface de médiation poiétique. Il gît en la tension entre l’ipséité et l’Un de l’univers diégétique.

Créateur et acteur d’un personnage fictionnel, le sujet est à la fois conscience, corps agissant mais aussi corps d’expérience, à la source de ses pensées et de ses sensations. Siège de l’être intime de la structure sémiotique qu’il crée, l’utilisateur constitue son champ d’expérience subjective dans ses non-dits . Œuvre de fiction, la représentation de l’ipséité donne prise aux possibilités formelles d’organisation de sa propre expérience . Le sujet crée un mythe subjectif, qui lui permet de tisser ses pensées entre les fils d’une contexture diégétique étrangère à lui par l’expérience de son ipséité. Comme des enfants qui jouent aux poupées, les interacteurs s’inventent une histoire née de cette distanciation.

L’immersion et le morcellement de soi en la diégèse communicationnelle conduit le sujet à se réunifier par le retour à la réalité. Cette expérience intime de soi à soi-même est une forme d’hédonisme de la dépossession réunifiée par le mythe. La finalité de cette expérience esthétique et poiétique est l’expérience de soi comme médiateur du monde substantiel.

La quête de l’hédonisme médiat est la poursuite de l’organisation de l’expérience dans la réalité immédiate. Le sujet, fondu dans son objet spéculaire et devenu ipséité incorporelle, n’est plus que pensée et examine son aura empreinte en creux dans la matière.

Pour citer cet article

Ref. Georges, F., "L’hédonisme intime de la spécularité", in Sexe et communication, MEI n°20, Froissart P. dir. , Paris, l’Harmattan, novembre 2004.